Journée mondiale sans tabac : L’Union appelle les pays à rester vigilants face aux tactiques des cigarettiers

En ce 31 mai, l'Union soutient la Journée mondiale sans tabac, qui met cette année l’accent sur les conséquences dévastatrices du tabac sur la santé respiratoire. L'Union appelle à redoubler d'efforts pour renforcer la lutte antitabac dans tous les pays et intégrer la lutte antitabac aux programmes de promotion de la santé et de contrôle des maladies, deux mesures absolument indispensables pour empêcher les millions de décès causés chaque année par les maladies respiratoires liées au tabac.

En plus d'être l'une des principales causes de maladies non transmissibles débilitantes, comme le cancer du poumon et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), le tabagisme est également un facteur de risque majeur pour la tuberculose (TB), la maladie infectieuse la plus mortelle au monde. En 2017, 1,6 million de personnes ont perdu la vie à cause de la tuberculose et 10 millions ont contracté cette maladie. On estime que plus de 20 % des cas de tuberculose dans le monde peuvent être attribués au tabagisme. Une solide étude menée en 2014 a démontré que la consommation régulière de produits du tabac doublait le risque que les personnes ayant guéri de la tuberculose la développent à nouveau. Les fumeurs atteints de tuberculose sont également plus susceptibles de succomber à la maladie. L’Union s’appuie sur une stratégie simple à adopter et qui a fait ses preuves pour sauver des vies : celle-ci consiste à apporter des conseils et un accompagnement en matière de sevrage tabagique aux patients tuberculeux.

La façon la plus efficace de protéger la santé respiratoire des individus contre les méfaits du tabac consiste à appliquer intégralement la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac (CCLAT) et à adopter les six mesures MPOWER fondées sur des données factuelles. L'Union a aidé plus de 50 pays à mettre en œuvre des politiques fondées sur les mesures MPOWER – comme les lois antitabac, les mises en garde sanitaires graphiques sur les emballages et l’interdiction de la publicité pour le tabac – politiques dont plusieurs milliards de personnes dans le monde ressentent les effets.

L'Union et ses partenaires du monde entier ont accompli d'énormes progrès, mais cela ne suffit pas, car plus de huit millions de personnes meurent encore chaque année de maladies liées au tabac.

« Nous ne pouvons ignorer les preuves accablantes de l'impact du tabac sur la santé respiratoire », a déclaré le Directeur du Département Contrôle du tabac de l'Union, le Dr Gan Quan. « Nous devons également rester vigilants face aux efforts déployés par les cigarettiers pour saper les politiques de lutte antitabac, notamment à travers leur récente stratégie visant à s’approprier le discours sur la ‘réduction des risques’ avec de nouveaux produits tels que l'IQOS.  

L'ingérence de l'industrie du tabac dans l'élaboration des politiques demeure une menace mortelle pour la santé respiratoire. L'essor des cigarettes électroniques et des produits du tabac chauffés tels que l'IQOS sont présentés par les géants du tabac comme des alternatives plus sûres à la cigarette classique, mais nous ignorons quel pourrait être l'impact à long terme de ces produits sur la santé respiratoire. À titre d’exemple, le liquide utilisé dans les cigarettes électroniques contient de nombreuses toxines pouvant causer des maladies respiratoires comme la BPCO, le cancer du poumon et l'asthme, sans parler des maladies cardiovasculaires.

Les données disponibles indiquent que ces nouveaux produits du tabac ne sont pas sans risque, mais qu'ils sont présentés comme tels moyennant des campagnes de promotion agressives dans les pays à faible et moyen revenu, où les politiques de lutte antitabac ne sont pas encore suffisamment robustes ni bien appliquées pour protéger les non-fumeurs et les jeunes.

 « La récente campagne menée par Phillip Morris International (PMI) pour que la Journée mondiale sans tabac soit rebaptisée ‘Journée mondiale sans fumer’ révèle non seulement son indifférence à l'égard des millions de personnes qui souffrent de maladies causées par les produits du tabac sans fumée, mais nous rappelle que cela n’est rien d’autre qu'une nouvelle tactique employée par PMI pour promouvoir ses produits mortifères », ajoute le Dr Gan Quan.

À l’heure actuelle, le monde n’est pas bien engagé pour atteindre l'Objectif de développement durable visant à réduire les décès prématurés causés par des maladies non transmissibles d'un tiers à l’horizon 2030 - et l’éradication de la tuberculose est loin d’être à l'ordre du jour. Pour atteindre ces objectifs, nous devrons faire preuve d’une vigilance toujours plus forte face aux tactiques sournoises employées par l'industrie du tabac, et la lutte antitabac devra être élevée au rang de priorité par les pouvoirs publics et les collectivités du monde entier.

 

Actualités