La 50ème Conférence mondiale de L’Union sur la santé respiratoire aura lieu en Inde

L’Union a annoncé aujourd’hui lors d’une conférence de presse à New Delhi qu’elle organisera sa 50ème Conférence mondiale sur la santé respiratoire à Hyderabad (Inde), du 30 octobre au 2 novembre 2019. 

Après que les Nations Unies ont organisé en septembre dernier leur toute première réunion de haut niveau sur la tuberculose et leur troisième réunion de haut niveau sur les maladies non transmissibles, le combat pour la santé respiratoire se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. C’est dans ce contexte que L’Union organisera, un an après la tenue de ces deux réunions, sa 50ème Conférence mondiale sur la santé respiratoire, dont le thème, « Mettre fin à l’urgence : données scientifiques, leadership, action », met l’accent sur ce dont nous avons besoin pour veiller à ce que les engagements pris se traduisent en mesures concrètes et à ce que les objectifs salvateurs qui ont été fixés soient atteints. 

L’an dernier, dix millions de personnes à travers le monde ont contracté la tuberculose et 1,6 million de patients en sont décédés. Devenue la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde, la tuberculose tue désormais plus de personnes que le VIH/sida, alors même qu’il s’agit d’une maladie évitable et curable.

« Il est temps de mettre fin à l’urgence sanitaire mondiale que représente la tuberculose. Pour cela, nous devons amener les gouvernements à rendre compte du respect des engagements pris dans la Déclaration politique qu’ils ont signée lors de la réunion de l’ONU », a déclaré le Directeur exécutif de L’Union, José Luis Castro. « À Hyderabad, nous devrons voir les signes d’un véritable leadership qui se traduit par des investissements visant à mettre au point des outils de diagnostic, des nouveaux médicaments et un vaccin, et qui donne également lieu à des mesures concrètes sur le terrain », a-t-il souligné.

Le choix de l’Inde pour accueillir la conférence et discuter de l’éradication de la tuberculose et des maladies respiratoires est on ne saurait plus approprié. L’Inde est en effet le pays le plus touché par la tuberculose et renferme à elle seule un quart de la charge mondiale de cette maladie. En 2017, 2,74 millions de personnes en Inde ont contracté la tuberculose et 421 000 personnes en sont décédées. La hausse du taux de co-infection tuberculose/diabète dans le pays est également très préoccupante. Pour sa part, le Gouvernement indien s’est engagé à éliminer la tuberculose d’ici 2025.

Le thème de la conférence fait largement écho à la tuberculose, mais il fait aussi prendre conscience que toutes les menaces pour la santé respiratoire – la tuberculose, la pollution de l’air, le tabac et bien d’autres encore – constituent des urgences qu’il faut affronter de front avec nos données scientifiques, notre leadership et notre action.

Lors de la conférence de presse, Deepti Chavan, ancienne patiente atteinte de tuberculose multirésistante qui a vaincu la maladie après six ans de traitement, a appelé les responsables politiques à se mobiliser pour faire évoluer la situation. « La première fois que j’ai raconté mon parcours c’était il y a quatre ans, en 2014, mais depuis il n’y a pas eu beaucoup de progrès. Mon seul témoignage n’a visiblement pas été suffisant pour faire bouger les choses. De combien d’autres témoignages comme le mien aurons-nous encore besoin ? », s’interroge-t-elle.

La mère d’Ishika, 10 ans, qui suit actuellement un traitement contre la tuberculose extrapulmonaire, a raconté le parcours de sa fille. Aidée d’un interprète, elle a expliqué les difficultés qu’elle a dû surmonter pour que sa fille puisse se faire diagnostiquer et obtenir un traitement. Pendant toute une année, Ishika a été malade, avec des symptômes de tuberculose. Et ce n’est qu’après la visite d’un bénévole du projet Axshya de L’Union que la fillette a pu être diagnostiquée et recevoir un traitement.

« Pourquoi avons-nous dû attendre tout ce temps ? Pourquoi personne ne nous a dit plus tôt que ça pouvait être la tuberculose ? », se demande encore la mère d’Ishika.

Placée sous le thème « Mettre fin à l’urgence : données scientifiques, leadership, action », la 50ème Conférence mondiale de L’Union sur la santé respiratoire rassemblera quelque 6 000 participants, notamment des chercheurs, décideurs, militants de renommée mondiale, scientifiques, professionnels de santé et représentants des communautés touchées qui travaillent sur tous les aspects de la santé respiratoire. La conférence se déroulera au Centre international des congrès d’Hyderabad, du 30 octobre au 2 novembre 2019.

Les inscriptions débuteront en mars 2019 et les propositions de thèmes pour les réunions scientifiques s’effectueront en mars 2019.

Actualités