Le Centre d'excellence pour la lutte contre la tuberculose chez l'enfant et l'adolescent

L'Union inaugure le Centre d'excellence pour la lutte contre la tuberculose chez l'enfant et l'adolescent en Ouganda, dont l’objectif est de promouvoir la collaboration et l'apprentissage dans toute la région Afrique, afin de prévenir les décès inutiles d'enfants et d'adolescents victimes de la tuberculose.

Les parties prenantes se sont réunies pour célébrer le lancement du Centre d’excellence et évoquer ses futures missions et activités, en vue d’améliorer la détection, la prise en charge et la prévention de la tuberculose chez les enfants et adolescents – et ainsi atteindre les cibles fixées par la Stratégie de l’OMS pour mettre fin à la tuberculose pour l’après 2015, ainsi que celles établies par la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose. À travers cette initiative, L’Union vise à mettre en place un réseau virtuel d’organisations et de professionnels de la tuberculose dans toute l’Afrique, en offrant une expertise technique, un renforcement des capacités et des possibilités de financement afin d’améliorer les recherches et les pratiques relatives à la tuberculose chez l’enfant et l’adolescent.

Environ 239 000 enfants meurent chaque année de la tuberculose infantile. Cette maladie évitable constitue donc un domaine hautement prioritaire pour L’Union. On estime qu’un million d’enfants auraient développé la forme active de la tuberculose en 2017, mais moins de la moitié des cas ont été détectés et signalés. La tuberculose est une maladie que l’on sait traiter et soigner, mais 90 % des enfants qui y succombent ne reçoivent pas le traitement standard qui aurait pu leur sauver la vie.

Dans de nombreux pays, les systèmes de santé négligent la tuberculose infantile car celle-ci est moins contagieuse que chez l’adulte, et parce que les outils classiques employés pour diagnostiquer la maladie sont moins efficaces chez l’enfant. Souvent, la tuberculose est une cause ou une comorbidité non diagnostiquée ou mal diagnostiquée dans des affections infantiles courantes telles que la malnutrition, la pneumonie et la méningite. Les adolescents tuberculeux sont également négligés, bien qu'ils constituent un groupe d'âge présentant un fort risque de développer une tuberculose souvent très contagieuse, et qu'ils rencontrent des difficultés particulières pour accéder aux diagnostics et aux soins.

Depuis plus de dix ans, l'Union joue un rôle moteur à l’échelle mondiale pour répondre aux besoins des enfants et adolescents tuberculeux laissés pour compte, et depuis cinq ans, L’Union pilote également des activités qui ont permis d’accroître de manière considérable l'attention portée à la tuberculose infantile.

La lutte mondiale contre la tuberculose s’intensifie sur la base des cibles ambitieuses – axées sur la prévention et le dépistage de la tuberculose chez les populations vulnérables, notamment les enfants – fixées par les objectifs de développement durable, la Stratégie de l’OMS pour mettre fin à la tuberculose, le Plan mondial pour éliminer la tuberculose, ainsi que la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose de 2018.

Si l’on souhaite atteindre ces cibles, il faudra déployer des initiatives de plaidoyer soutenues et apporter une expertise scientifique continue, pour veiller à ce que les droits des enfants et des adolescents soient protégés et que leurs besoins spécifiques soient pris en compte dans les politiques, les mesures et les programmes de recherche. Il faudra également s’assurer qu’ils reçoivent des soins intégrés et de haute qualité.

Le projet DETECT Child TB de L’Union a démontré qu’il était possible de fournir aux professionnels de santé les connaissances et les outils nécessaires pour diagnostiquer et traiter la tuberculose infantile. Ce projet consistait à dépister les enfants dans les ménages où un adulte avait été diagnostiqué positif à la tuberculose. Dans les régions d'Ouganda où L'Union a testé cette approche, 72 % des enfants à risque ont pu recevoir un traitement préventif contre la maladie, contre moins de 5 % auparavant.

Ces résultats ont été accueillis avec grand intérêt par les acteurs mondiaux de la lutte contre la tuberculose. Plusieurs pays ont demandé à consulter les résultats détaillés et certains, comme l’Ouganda et le Zimbabwe, ont évoqué des possibilités d’échanges de savoirs « sud-sud » pour favoriser une mise en œuvre à plus grande échelle de cette approche dans les pays les plus touchés par la maladie.

« Le Centre d'excellence pour la lutte contre la tuberculose chez l'enfant et l'adolescent a été créé pour répondre à un besoin : celui de développer, renforcer et soutenir les réseaux régionaux de lutte contre la tuberculose infantile, notamment en Afrique subsaharienne, région qui présente une forte prévalence de tuberculose et de VIH chez l’enfant et l’adolescent, ainsi qu’une forte mortalité liée à la tuberculose », explique le Dr Grania Brigden, Directrice du Département Tuberculose et VIH de L'Union. « Tous les enfants et adolescents devraient pouvoir accéder aux meilleurs traitements disponibles pour soigner cette maladie entièrement guérissable et évitable. »

En savoir plus sur le Centre d’excellence pour la lutte contre la tuberculose chez l’enfant et l’adolescent (en anglais).

Actualités