Les dirigeants du monde doivent se mobiliser pour éradiquer la tuberculose

Le jour de l’ouverture de la 49ème Conférence mondiale de L’Union sur la santé respiratoire, L’Union et les acteurs de la lutte contre la tuberculose ont appelé les dirigeants du monde à se mobiliser pour lutter contre la maladie.

Lors de la conférence, placée sous le thème « Rechercher des solutions sociales et politiques pour faire valoir nos droits », le Directeur exécutif de L’Union, José Luis Castro, a souligné la nécessité d’adopter une approche centrée sur les personnes pour éliminer la maladie suite à la récente réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose : « Si l’on veut éradiquer la tuberculose il est tout aussi important de mobiliser la société et les responsables politiques que de disposer des médecins et du personnel infirmier nécessaires pour administrer les vaccins et les médicaments », a-t-il déclaré.

Dans la déclaration politique adoptée à l’issue de la toute première réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose, les dirigeants du monde se sont engagés à atteindre des objectifs précis et mesurables pour éradiquer la maladie d’ici 2023.

« Les personnes atteintes de tuberculose ont le droit d’accéder aux traitements et aux soins. Et ces droits ne sauraient être réduits à des vœux pieux inscrits dans une simple déclaration […] En tant que plus ancienne organisation au monde spécialisée dans la lutte contre la tuberculose, nous demandons aux chefs d’État et de gouvernement de tenir leurs promesses », a ajouté M. Castro.

Mme Kitty van Weezenbeek, Directrice exécutive de la Fondation KNCV contre la tuberculose, co-hôte de la 49ème Conférence mondiale de L’Union sur la santé respiratoire, a tenu des propos similaires : « Nous avons besoin d’une volonté politique, de ressources humaines et de l’engagement de la société civile pour mettre fin à cette épidémie », a-t-elle souligné.

Figurant parmi les grands sujets de la Conférence mondiale de L’Union, les droits de l’enfant ont été abordés par M. Paul Jensen, Directeur des politiques et de la stratégie à L’Union, qui s’est exprimé sur la tuberculose infantile : « Les enfants ne sont pour ainsi dire pas pris en compte dans l’agenda mondial relatif à la santé. Aucune attention n’est portée aux enfants atteints de tuberculose ou à ceux qui ont été exposés à la maladie », a-t-il déclaré.

« Chaque année, un million d’enfants de moins de 15 ans contractent la tuberculose et près de 250 000 en décèdent. 90 % des enfants qui décèdent de la tuberculose n’ont pas été diagnostiqués, personne ne les a soignés », a-t-il poursuivi.

« Rien ne saurait justifier une telle négligence. Soyons clairs : il s’agit bel et bien d’un massacre silencieux », a souligné M. Jensen.

Mme Blessi Kumar, Directrice générale de la Coalition mondiale des militants contre la tuberculose, a abondé dans ce sens : « Chaque jour, 650 enfants décèdent de la tuberculose, la plupart avant leur cinquième anniversaire. Une telle situation est extrêmement difficile à comprendre en 2018 », a-t-elle regretté.

« Et derrière ces chiffres c’est bien de souffrance humaine dont il s’agit », a rappelé Mme Kumar.

« Pour chaque enfant soigné, ce sont des milliers d’autres qui n’ont pu survivre. C’est pour eux que nous devons parler de la tuberculose infantile. Nous nous devons de le faire pour toutes les vies qui ont été perdues et qui auraient pu être sauvées. Nous devons tout faire pour que les enfants ne contractent pas la tuberculose car il s’agit d’une maladie qui peut être évitée », a-t-elle conclu.

La conférence de presse d’ouverture officielle peut être visionnée sur le site Internet de la 49ème Conférence mondiale de L’Union.

Actualités