L’Inde peut devenir un acteur majeur de la recherche sur la tuberculose, selon une tribune co-écrite par L’Union

Le magazine Wire a publié aujourd'hui une tribune co-écrite par le Dr Paula I Fujiwara, Directrice scientifique de l'Union, et le Dr Mark Feinberg, Président et Directeur général de l’International AIDS Vaccine Initiative (IAVI). Dans cet article, les auteurs soulignent que l'Inde, une économie en plein essor supportant à elle seule un quart de la charge mondiale de tuberculose, possède toutes les armes pour être un chef de file de la lutte mondiale contre la maladie. Le gouvernement indien s'est engagé à mettre fin à la tuberculose d'ici à 2025, soit cinq ans avant l’échéance fixée à l’échelle mondiale. Et grâce à des investissements ciblés visant à développer de nouveaux outils, le pays est idéalement placé pour devenir un pôle mondial de recherche ainsi qu’un acteur majeur dans la lutte pour éradiquer la tuberculose dans le monde entier. 

De nouveaux fonds de recherche, que les gouvernements se sont engagés à verser lors de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose en septembre 2018, s’avèrent nécessaires pour mettre au point un test diagnostique rapide et accessible, des régimes thérapeutiques courts et financièrement abordables ainsi qu’un nouveau vaccin pour empêcher la population de contracter la maladie. Des avancées ont été réalisées dans tous ces domaines, mais des recherches urgentes s’imposent pour développer encore plus de produits, les commercialiser et avoir un véritable impact sur l'épidémie.

La 50ème Conférence mondiale de L’Union sur la santé respiratoire, qui se tiendra à Hyderabad (Inde) du 30 octobre au 2 novembre, approfondira le débat sur les sujets abordés dans cette tribune – de la recherche-développement sur la tuberculose aux nouveaux vaccins, en passant par l’engagement politique – autour du thème Mettre fin à l'urgence: données scientifiques, leadership, action. 

Actualités